affiche-L-Illusionniste-The-Illusionist-2009-1

Réalisé par Sylvain Chomet
Avec Jean-Claude Donda, Edith Rankin
Genre : Animation

Résumé : À la fin des années 50, une révolution agite l’univers du music-hall : le succès phénoménal du rock, dont les jeunes vedettes attirent les foules, tandis que les numéros traditionnels – acrobates, jongleurs, ventriloques – sont jugés démodés. Notre héros, l’illusionniste, ne peut que constater qu’il appartient désormais à une catégorie d’artistes en voie de disparition. Les propositions de contrats se faisant de plus en plus rares, il est contraint de quitter les grandes salles parisiennes et part avec ses colombes et son lapin tenter sa chance à Londres. Mais la situation est la même au Royaume-Uni : il se résigne alors à se produire dans des petits théâtres, des garden-parties, des cafés, puis dans le pub d’un village de la côte ouest de l’Écosse, où il rencontre Alice, une jeune fille innocente qui va changer sa vie à jamais.

Récompenses : - Cesar du meilleur film d'animation. Cesars 2011.
- European Award du meilleur film d'animation. European Film Awards 2011.

Critiques presse : " Les univers des deux réalisateurs s'entremêlent en un mélange homogène de burlesque, de tendresse et de nostalgie sur fond d'avènement du rock‘n‘roll. Cette fable aux teintes chaleureuses et aux mélodies entraînantes joue sa douce musique loin du bruit et de la fureur de la production actuelle." 20Minutes

" Plus qu'un hommage, L'Illusionniste est une oeuvre drôlement mélancolique. Elle ravit par sa forme épurée et sa richesse de coeur, comme cette jeune héroïne candide qui bouleverse la vie de cet artiste en perdition et l'esprit du spectateur." Excessif

" L'illusionniste est nettement supérieur aux Triplettes. Le trait est plus épuré, élégant, fluide (...). Il réussit à véhiculer le mélange unique de poésie, d'humour, de burlesque et de mélancolie qui était propre à l'univers de Tati. (...) Dommage que Chomet semble n'avoir retenu que la facette nostalgique de l'auteur." Les Inrockuptibles

" Chomet est inattaquable sur sa démarche (refus du spectaculaire, goût de l'animation à l'ancienne...), mais c'est son univers, son inspiration, ses personnages, l'idéal qu'ensemble ils véhiculent qui nous demeurent à cette heure parfaitement hermétiques." Libération



Mon Feedback
/!\ SPOIL


L'histoire se base principalement à Edimbourg. Ayant vécu 1 an en Irlande, et ayant eu la chance de visiter Londres et Edimbourg, ce film m'a forcément fait un petit pincement au coeur. Revoir cette aquarelle poétique, aux sons des cornemuses et Tin whistle, ça rend mélancolique.. ! Du coup, je ne pouvais qu'adhérer à ce joli film d'animation. Au début du moins. C'est vrai que ça commence plutôt bien... On découvre tout ce petit univers magique, à travers de magnifiques dessins 2D (ça fait du bien un peu de 2D de temps en temps). L'absence totale de dialogues n'est pas un handicap, loin de là... Ce film vise à raconter une histoire "d'une apparente simplicité". Des dialogues auraient sans doute parasité le travail de Sylvain Chomet.
J'ai aimé le début. L'arrivée de l'illusioniste à Londres, puis en Écosse. Les dessins sont splendides, la BO géniale, l'histoire touchante... Un vrai petit poème ! On voit que les gens sont beaucoup plus accueillants dans un petit village reculé d'Ecosse que dans des grandes villes comme Londres ou Paris (TRUE STORY). Et puis au fur et à mesure, on s'ennuie... Il y a l'arrivée de la petite fille, qui pense que la vie est facile et magique. Bref, j'ai un peu perdu le fil au moment où ils s'installent dans l'hôtel d'Edimbourg. A partir de ce moment là, je ne trouvais plus le film ni mignon, ni intéressant, préférant reconnaître les endroits d'Edimbourg que j'ai visité. D'ailleurs à ce propos, un grand BRAVO quant à la réalisation parfaite des paysages écossais. J'ai aisément reconnu Princes Street, le château d'Edimbourg, Princes Street Gardens (quel joli travail), le Royal Mile, et bien-sûr Calton Hill, avec la superbe vue qu'on lui connaît. J'ai vraiment adoré revivre mon périple écossais à travers ces images d'une autre dimension que la photographie ou la vidéo. C'est même mieux que de regarder nostalgiquement mes vieilles photos d'Écosse.
Bref, la fin arrive... Je m'attendais à un joli dénouement, mais rien. Ou alors je n'ai pas saisi ? Du coup je reste un peu sur ma faim..
Mais je conseille quand même à tous de voir au moins une fois ce film (dépressifs s'abstenir !), rien que pour la beauté des images qui vous donnera sans doute envie d'aller visiter le pays des Highlands !

Dédicace à mes 2 amies d'Irlande, avec qui j'ai partagé ces merveilleux souvenirs irlandais, anglais et écossais, Marie et Elodie. Ce film vous plaira sûrement les filles ! Miss you...

Lien Allocine